Marie Hubert

Ajouter une contribution pour Marie Hubert  Choisir cette personne comme de cujus (ou Sosa 1) Page précédente Accueil
née ca 1655 à St-Sulpice de Paris, France
décédée le 23 novembre 1711 à Charlesbourg, Québec (âge : 56 ans)
Profession :
Numéro Sosa : 591
Fille de Pierre Hubert   et de Bonne Brie



Conjoints 1 :
Nicolas Fournier ; unis le 30 septembre 1670

Visualiser la note

Note :

Nicolas Fournier, fils de Hugues et de Jeanne Haguette, originaire de la paroisse Saint-Etienne de Marans, en Aunis. L'église où il a reçu le baptême est toujours debout, mais désaffectée. Elle se dresse au milieu du cimetière communal; il n'en reste cependant que les ruines du croisillon nord et son clocher, une tour octogonale refaite au XVe siècle. C'est la construction, au début du présent siècle, d'une nouvelle église néo-gothique, au centre de la ville, qui sonna le glas de l'ancienne. Marans se trouve sur la N 137, à proximité du Marais Poitevin et à une vingtaine de kilomètres au nord-est de La Rochelle.
C'est comme domestique que Nicolas gagna tout d'abord sa subsistance dans la région de Québec. Le 30 septembre 1670, il épousait une fille du roi, Marie Hubert, venue de la paroisse Saint-Sulpice, du faubourg Saint-Germain-des-Prés (Paris). Le couple n'eut que six enfants, dont trois fils, car Nicolas décéda en 1687, après dix-sept années de ménage. Chacun des fils fonda un foyer. L'aîné, Germain, qui était dit Michel, épousa Marie-Catherine Bériau, fille de Vincentet de Marie Cordeau. Lors du recensement de 1681, le couple Fournier/Hubert était établi au Bourg-Royal (Charlesbourg). Il y mettait huit arpents en valeur et possédait trois bêtes à cornes. Lorsque le père décéda, Germain n'avait encore que 13 ans, mais c'est sans doute lui qui succéda à son père, car c'est à Charlesbourg que furent baptisés ses trois enfants. Malheureusement, Germain et Catherine décédèrent en février 1711, à une semaine d'intervalle.
Le deuxième des fils, Jean, conduisit à l'autel, en 1711, Marie-Madeleine Fradet, fille de Jean et de Jeanne Hélie (7 enfants dont 3 fils), et Georges, qui était dit Jacques, avait uni sa destinée, en 1708, à celle de Marie-Françoise Blanchon, fille d'Étienne et de Marie-Françoise Cassé (12 enfants dont 8 fils). Ces deux couples furent des pionniers de Beaumont: tous leurs enfants y virent le jour.
En 1681, à Charlesbourg, le Bourguignon Claude Fournier, originaire de Pouilly-en-Auxois, épousait Jeanne Renaud, fille de Jacques et de Marie Charrier. Il était tonnelier et décéda peu d'années après son mariage, laissant deux fils, dont l'un mourut en bas âge.
Antoine Fournier dit Préfontaine, un Picard, fonda ensuite un foyer en Nouvelle-France. En 1688, il épousait, à Boucherville, Marie Ronceray, fille de Jean et de Jeanne Servignan, puis, en 1696, à Montréal, Marie-Madeleine Auzou, fille de Jean et d'Isabelle Martin et veuve de René-Antoine de Lafaye. Adrien, né du premier mariage, épousa Catherine Bouteiller, à Longueuil, en 1715, et le généalogiste Tanguay lui attribue quinze enfants, dont quatre fils. On perd la traced'Urbain-Joseph, issu de la seconde union.
Enfin, quelques années avant la fin du XVIIe siècle, un autre ancêtre, Pierre Fournier, sieur de Belleval, de la paroisse Saint-Victor, Orléans, fondait un foyer, en 1693, à Québec, avec Marie Ancelin (Asselin), fille de René et de Marie Juin et veuve de Pierre Rondeau, à qui elle avait donné quatre enfants. Neuf autres virent le jour de cette seconde union, dont sept filles. Pierre, né en 1701, épousa Thérèse de Saint-Ours, veuve du soldat Marc Lecané dit Brindamour et fille naturelle de Pierre de Saint-Ours, celui-ci étant le fils du chevalier Pierre de Saint-Ours, sieur de L'Echaillon, qui avait reçu la seigneurie de Saint-Ours en 1672. Il semble que Pierre Fournier, sieur de Belleval, soit la souche de nos familles Belleval et Belval, des descendants de l'ancêtre ayant préféré adopter le surnom comme patronyme.
Le patronyme Fournier découle du mot four; fournier et fournaire sont des noms de métier, et c'est ainsi que l'on désignait jadis le boulanger. Marie-Thérèse Morlet, dans son Dictionnaire étymologique des noms de famille, signale qu'ilexiste plusieurs variantes de ce patronyme: Fournié dans le Midi de la France, Fourniez dans le Nord et Fourney (forme latine). Les diminutifs sont nombreux: Fourneret, Fournerat, Fournerot, Fourneron, etc. En Normandie et au Poitou, le motfournerie désignait le boulanger et l'action de faire le pain, et on référait souvent au boulanger par le surnom de Fournand.

Quelques notes sur notre ancêtre : En 1666, il travaille chez Louis Fontaine, pilote de navire à Québec, en qualité de domestique.
En 1671, achat d\'une ferme à Charlesbourg.
En 1681, lors du recensement : Nicolas Fournier (30), Marie Hubert (26) Marie (7) Michelle (5) Nicolas (3) - Trois bêtes à cornes - huit arpents en valeur


   né le 13 mai 1642 à LaRochelle Aunis, France
   décédé le 30 novembre 1687 à Charlesbourg, Québec (âge : 45 ans)
   Profession :
   Numéro Sosa : 590
   Fils de Hughues Ambroise Fournier   et de Jeanne Huguet

Enfants avec le conjoint : 5
  Marie Fournier 
née ca 1672 , décédée le 26 octobre 1753  (âge : 81 ans)  à St-Joseph-de-Beauce, Qc
Problème sur le rang
  ( 9ème génération côté paternel )Francoise Ambroise Fournier( 9ème génération côté paternel ) 
née ca 1677 , décédée le 26 novembre 1754  (âge : 77 ans)  à Québec, Qc
Problème sur le rang
  Jean Baptiste Fournier 
né le 11 décembre 1680 à Québec, Qc, décédé le 18 septembre 1735  (âge : 54 ans)  à LaDurantaye, Québec
Problème sur le rang
  Jacques Georges Fournier 
né le 24 mai 1684 , décédé le 5 janvier 1767  (âge : 82 ans) 
Problème sur le rang
  Michel Fournier 

Problème sur le rang
Ré-organisation des rangs
Conjoints 2 :
Jean Gachet ; unis le 25 février 1691 à Charlesbourg, Québec

   né ca 1665
   Profession :
   Fils de Jean Gachet   et de Esther Baureau

Enfants avec le conjoint : 0