Élisabeth Couillard

Ajouter une contribution pour Élisabeth Couillard  Choisir cette personne comme de cujus (ou Sosa 1) Page précédente Accueil
née le 9 février 1631 à Chateau Richer, Québec
décédée le 6 avril 1704 à Chateau Richer, Québec (âge : 73 ans)
Profession :
Fille de Guillaume Couillard   et de Guillemette Hebert



Conjoints 1 :
Jean Guyon ; unis le 27 novembre 1645 à Notre Dame de Québec

  Visualiser la note

Note :

18 septembre 1592 ! Alors que Henri IV tente de conquérir son Royaume, la paroisse Saint-Aubin de Tourouvre dans le Perche vit un bien modeste événement. Sur les registres paroissiaux, le curé rédige en latin l\'acte de baptème d\'un nouveau paroissien: \"Johannes filius Jacobi Guyon er Maria eus uxoris...\". Le père Jacques est un notable et la mère s\'appelle Marie Huet. On ignore de quoi fut faite la jeunesse du nouveau-né mais l\'on retrouve sa trace sur un acte du 18 mai1614 où il prête une somme d\'argent à un laboureur d\'Autheuil. Un an plus tard, le 2 juin 1615, il épousera en la paroisse Saint-Jean de Mortagne, Mathurine Robin qui lui donnera huit enfants avant de le suivre en Nouvelle-France. Quandson père décède en 1623, Jean Guyon vend la maison familiale de Tourouvre et se fixe à Mortagne, prenant sa mère avec lui. Cette dernière disparaîtra trois ans plus tard. Probablement grâce à un héritage, la famille s\'installe dansune plus grande demeure, et la vie continue.
Huisserie de la porte d\'accès au clocher et escalier en pierre blanche commandée à Jean Guyon en 1615 Il exercera la profession de maçon. A 42 ans, dix jours après la naissance de son dernier enfant, Jean Guyon va céder aux propositions de Robert Giffard, médecin, chantre de l\'émigration vers la Nouvelle-France et décide de tout quitter pour \"faire, par la grâce de Dieu, colonie au pays de la Nouvelle-France. \" Si Robert Giffard tient à le recruter, c\'est sans doute parce qu\'il maîtrise son métier, et on ne saurait en douter puisqu\'en 1615, on lui confie, en sa qualité de maître maçon, le soin de doter l\'église Saint-Aubin de Tourouvre d\'un escalier d\'une trentaine de marches conduisant au clocher. Cet ouvrage peut encore être admiré de nos jours. Dix ans plus tard, on recourre à ses services pour la restauration des murailles de Mortagne, ce qui témoigne également de la confiance dont il jouissait auprès du procureur syndicdes habitants de la ville. Les fortifications étaient sans doute fort mal en point, car Mortagne avait changé 22 fois de mains pendant les guerres de Religion!
C\'est le 14 mars 1634 que Jean Guyon et Zacharie Cloutier s\'engagent à suivre Robert Giffard. Le seigneur promet de leur concéder des fiefs dans sa seigneurie de Beauport. Le notaire Roussel est-il distrait? Il semble que Giffard veut donner «à chacun d\'eux mille arpents de terre», mais le tabellion écrit «à chacun deux mille arpents». Quand vient le moment pour le seigneur de respecter ses promesses, les deux pionniers reçoivent respectivement les arrière-fiefs de la Cloutièrerie et du Buisson, celui-ci nommé d\'après une petite rivière qui l\'arrose. Guyon s\'attribuera d\'ailleurs ce surnom à particule. De cette erreur, il résultera une vive contestation. Le gouverneur Huault de Montmagny intervint et iltrancha la question au bénéfice du seigneur. En mars 1634, Jean et les siens, à l\'exception de sa fille Barbe et de son gendre qui rejoindront le reste de la famille plus tard, quitte Mortagne. Embarqués à Dieppe, les Guyon parviennentaprès deux mois de traversée en juin 1634 à l\'embouchure du fleuve Saint-Laurent. Huit des enfants, dont six fils, se marieront et donneront à la colonie une pléiade de rejetons. Jean, qui prendra le surnom de son père, jete son dévolu sur Elisabeth Couillard (1645), la petite fille de Louis Hébert: 13 enfants. Simon épouse Louise Racine (1653), fils d\'Étienne et de Marguerite Martin: six enfants. Claude se marie avec une Parisienne, Catherine Colin (1655), originairede la même paroisse que l\'épouse de Samuel de Champlain, Saint-Germain-l\'Auxerrois: 12 enfants. Denis unit sa destinée à celle d\'Elisabeth Boucher (1659), fille de François et de Florence Gareman: neuf enfants. Michel, sieur de Rouvray, charpentier de navires, choisit pour compagne Geneviève Marsolet (1662), fille de Nicolas, qui est sieur de Saint-Aignant, tout d\'abord interprète arrivé en 1613 avec Samuel de Champlain, puis propriétaire de plusieurs seigneuries dontcelle de Bellechasse: 13 enfants. Enfin, François, dit Després, s\'allie lui aussi avec une Marsolet, prénommée Marie-Madeleine (1662), la soeur de Geneviève: 12 enfants. Notons que le mariage de ces deux derniers couples est célébré lemême jour, 4 septembre (1662); ils ont signé leur contrat de mariage devant le notaire Audouard le 20 août précédent. Les deux filles Guyon doivent relever aussi le défi des familles nombreuses. Barbe, l\'aînée de la famille, épouse le maître coutelier Pierre Paradis, à Mortagne, en 1632; le couple a sept enfants avant de passer en Nouvelle-France et il en porte quatre autres à l\'église après son arrivée. Quant à sa soeur, Marie, elle choisit pour époux un solide Normand, le maçon François Bélanger, en 1637; celui-ci sera capitaine de milice sur la côte de Beaupré et recevoir, en 1677, la seigneurie de Bonsecours (L\'Islet). Le couple a 12 enfants. Jean Guyon est de toutes les fêtes religieuses et populaires. Ainsi, le Journal des Jésuites nous apprend que lors de la Fête-Dieu de 1646, il marche avec un autre migrant percheron célèbre Zacharie Cloutier à la tête de la procession, et que, à l\'occasion du mariage de Jean Guyon du Buisson, le fils aîné du pionnier, avec Elisabeth Couillard, «il y eut deux violons à la noce, ce qui ne s\'était pas encore vu au Canada». C\'est en 1652 que Pierre Paradis et Barbe Guyon arrivent en Nouvelle-France avec leur famille. Jean Guyon et son épouse possédent toujours leur maison à Mortagne. En 1653, ils la cèdent à la paroisse. Jean Guyon décéde le 30 mai 1663; Mathurine Robin l\'avait précédé dans la tombe un an plus tôt le 17 avril 1662. Au fil des siècles, leurs enfants et descendants ont donné naissance à des générations de Guyon, devenus Guion ou Dion. Elles se sont installées au Québec, au Canada et aux Etats-Unis. En 1730, la lignée Guyon compte 2150 personnes, ce qui la place ainsi au premier rang des familles françaises d\'Amérique. 238 ans plus tard, le 30 mars 1968 naissait Céline Dion


   né le 1er août 1619 à Mortagne,Perche, France
   décédé le 13 janvier 1694 à Chateau Richer, Québec (âge : 74 ans)
   Profession :
   Fils de Jean Guyon   et de Mathurine Robin

Enfants avec le conjoint : 2
  Guillaume Guyon 

Problème sur le rang
  Joseph Guyon 
né le 10 septembre 1649 , décédé le 8 septembre 1712  (âge : 62 ans) 
Problème sur le rang
Ré-organisation des rangs



Frères et soeurs de Élisabeth Couillard:
  Louise Couillard 
née le 30 janvier 1625 à Québec, Qc, décédée le 22 novembre 1641  (âge : 16 ans)  à Québec, Qc
 
  Marguerite Couillard 
née le 10 août 1626 à Québec, Qc, décédée le 20 avril 1705  (âge : 78 ans)  à Québec, Qc
 
  Charles-Thomas Couillard 
né le 10 mai 1647 à Province de Québec, décédé le 8 mai 1715  (âge : 67 ans)  à St-Etienne de Beaumont, Qc
 
Oncles et tantes de Élisabeth Couillard
Cousins et cousines de Élisabeth Couillard
Ajouter une contribution pour Élisabeth Couillard  Choisir cette personne comme de cujus (ou Sosa 1) Page précédente Accueil